Comité France-Communiqué 18 mai 2021 : Radi&Raissouni purgent une peine de prison depuis un an environ alors qu’ils ne sont même pas jugés

Ce mardi 18 mai 2021 pourraient s’ouvrir les procès de Soulaiman Raissouni et d’Omar Radi convoqués devant la justice mais nous craignons que les audiences ne soient de nouveau reportées, comme toutes les précédentes !


Ces deux journalistes, à qui nous réaffirmons notre soutien indéfectible, purgent une peine de prison depuis un an environ alors qu’ils ne sont même pas jugés : ils sont détenus arbitrairement alors qu’il n’y a eu aucun flagrant délit mais les autorités marocaines font fi de leur propre Constitution garantissant la liberté d’expression et la présomption d’innocence ! Comme si cela ne suffisait pas, le report systématique des audiences est une nouvelle peine qui s’apparente à un traitement cruel que l’on peut aussi nommer torture (voir article V de la Déclaration universelle des droits de l’Homme), tout comme le fait d’être à l’isolement total. Aucun dangereux individu ne subit de telles peines, punitions, injustices… ou vengeance ! Pourquoi ces deux journalistes connaissent-ils ce sort ?


Cette injustice poussée à son paroxysme met leur vie en danger puisqu’ils ont entamé les 8 et 9 avril une grève de la faim, interrompue pour Omar Radi au bout de 21 jours qui le laisse dans un état de santé très inquiétant, quant à Soulaiman Raissouni, il poursuit toujours sa grève et se trouve désormais entre la vie et la mort après 40 jours sans nourriture.


Nous exhortons les autorités marocaines, que nous tenons pour responsables de l’état de santé dégradé etinquiétant de Raissouni et Radi, à les faire libérer au plus vite et sans conditions.
Comité France de soutien à Maâti Monjib18 mai 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.